Rechercher

Interview de Grégoire Delzongle, Infographiste Effets Visuels

Son Travail




Parcours

J'ai un parcours un peu original puisque j'ai fait deux ans dans une école d'ingénieur en électrotechnique, avant de faire les Arts Déco à Paris, pendant cinq ans. J'ai suivi une formation en cinéma d'animation qui m'a appris quelques bases techniques sur la photo, la vidéo ou encore le dessin. J'ai aussi pas mal expérimenté pendant ma formation avec l'imagerie numérique, en essayant notamment de mélanger de transposer des savoir-faire plastiques avec des procédés informatiques. Par exemple mon projet de fin d'études, Viande Crue, a été fait en partie en stop-motion et en partie en 3D. Ce projet a tapé dans l'oeil de BUF à l'époque, une boite d'effets spéciaux, où ils cherchaient des profils plus "artistiques" que les profils classiques des personnes qui rentrent dans ce type de structure, sortis d'école de 3D. J'ai appris ensuite sur le tas le métier d'Infographiste, tout en continuant à pratiquer une activité artistique, en participant à des expositions collectives ou en faisant des expérimentations plastiques de mon coté.


Métier

Mon métier consiste à réaliser des images impossible à réaliser en tournage pour des raisons techniques ou financières. Il consiste alors à préparer le tournage pour rendre ces images plus facile à réaliser (par exemple en plaçant des points de tracking), puis à truquer à l'aide d'un ordinateur ces images. Ces trucages peuvent être très simples (effacer un câble, corriger des imperfections...) ou plus compliqués (étendre ou construire de zéro un décor, créer des effets abstraits de science fiction ...) mais demandent une certaine expérience dans l'utilisation des logiciels impliqués et aussi du process de fabrication d'un film.




Méthodologie & fonctionnement

Ce travail dépend beaucoup du budget, du type de tournage ou du type d'effets. Pour commencer l'équipe vient nous voir avec des demandes de trucages. On réfléchit alors à la faisabilité technique, au budget et aux conditions de tournage qui rendent ce trucage possible.

On travaille parfois aussi en amont du tournage en faisant des animatiques ou des tests. Si une supervision tournage intervient, on prend en général de quoi documenter au maximum le tournage (fiches techniques, appareil photo) afin d'avoir toutes les informations disponibles à portée de main et qui pourraient nous manquer (matériel utilisé, position des lumières, position de la caméra etc...). On prend aussi du matériel pour préparer nos effets, par exemple du gaffeur pour effectuer des marquages, des appareils pour mesurer la lumière, des outils pour scanner le décor...



Tu as travaillé sur la série auditive CALLS de Timothée Hochet. As-tu reçu des directives sur ce qu'on attendait de toi ? Peux-tu nous parler un peu de cette expérience en terme de technique ?

L'équipe a tout de suite été très claire sur ses besoins en terme d'effets : l'intégration d'une capsule spatiale et un effet de gravité inversée. J'ai déjà travaillé sur des séries et des films se passant dans l'espace, je n'ai donc pas été du tout perdu par rapport à la requête ! Nous avons fait des propositions de design à Timothée pour la navette, avant de la reproduire fidèlement en 3D et de l'intégrer dans les plans filmés auparavant. Concernant l'effet de gravité inversée, nous avons du réfléchir à la faisabilité technique et bien préparer le tournage afin de trouver le moyen le plus efficace visuellement de faire le trucage. Il a fallu plusieurs tests et plusieurs va et vient avant de trouver la solution, qui a été de soulever numériquement la capuche et les cheveux de l'actrice, ainsi que de faire flotter des particules pour accentuer l'effet.



Quand tu es sur le plateau de tournage, comment procèdes-tu ? En quoi consiste ton travail ? Que dois-tu vérifier/penser ? Quels sont les éléments que tu dois mettre en place et les notes que tu dois prendre pour la post-production ?

Il faut documenter et prendre beaucoup de photos du tournage, particulièrement noter les informations de caméra de chaque plan, même de ceux qui n'ont pas forcément été prévus pour être truqués, dans le cas où le réalisateur voudrait corriger des éléments de tournage en post-production. Il faut aussi communiquer avec l'équipe, et faire notre travail sans les gêner puisqu'un tournage est souvent un moment où chaque minute est comptée et où il faut savoir être efficace.

Peux-tu me donner des exemples de travail que tu as du réaliser et m'expliquer les astuces que tu as pu trouver dans certains cas pour résoudre une urgence en amont ou sur le plateau ?

J'ai travaillé sur des productions américaines (Kingsman 2, The King's Man, Perdus dans l'espace, The Nevers, Star Trek) ou françaises (Le Chant du Loup, High Life, ...) ainsi que pour des pubs ou des clips. Je n'ai pas vraiment eu d'urgences en amont, c'est en général plus en aval que ça se passe, où il faut savoir réagir rapidement si le projet change de direction. Il arrive d'ailleurs souvent que des plans sur lesquels on a travaillé pendant plusieurs mois finissent coupés au montage !




Si une personne voulait se lancer dans le métier d'Infographiste Effets visuels dans l'industrie du cinéma, qu'est-ce que tu aimerais lui dire ? Qu'est-ce que tu aurais aimé savoir ?

C'est une bonne question. Je crois qu'il faut avoir tout le goût de fabriquer des images. Ce n'est pas un métier qui demande nécessairement d'apprécier les films avec beaucoup d'effets spéciaux type Avengers, mais plutôt d'aimer et d'être curieux des processus divers et variés pour arriver à les fabriquer. Il y a des trucages dans énormément de films, particulièrement dans les films d'époque. Il faut aussi avoir un certain regard sur ses trucages pour arriver à comprendre ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas. Enfin je suis dans une boîte où l'on fait des effets spéciaux en "généraliste", c'est à dire qu'on s'occupe de tous les aspects d'un plan. Ce n'est pas du tout la norme dans l'industrie qui compartimente beaucoup le travail, où il faut faire carrière dans la spécialisation attribuée, et où les superviseurs ne produisent plus d'image.